Entraînement fonctionnel personalisé

Un autre niveau « d’entraînement fonctionnel »!

Maîtrisez réellement votre potentiel physique, le Systema ne fait aucun compromis aux notions cosmétiques, vous avez peu de chances de développer des abdos découpés ici.

MAIS,Si vous voulez une endurance quasi illimité, une force disproportionnée à votre taille et l’agilité indifférente d’un chat, vous êtes au bon endroit!
L’approche d’entraînement physique du Systema a été mise au point pour les besoins de groupes d’élite des forces spéciales soviétiques. Leur objectif était de trouver une méthode d’entraînement qui permet d’obtenir rapidement des niveaux de performance très élevés. Toutefois, ces niveaux de performance ne doivent pas être significativement affectés pas des périodes prolongées sans une alimentation régulière ou de qualité, ni par des périodes prolongées sans entraînement, ni par des périodes prolongées de stress intense.

Quand la force dépend de gros muscles, les gros muscles dépendent d’un apport constant en aliments de qualité.

Quand l’endurance dépend de la condition cardiorespiratoire, l’entraînement doit être constant pour préserver les gains.

La solution? Entraîner l’activation neurologique des muscles pour la force, entraîner l’efficacité biomécanique et la qualité de la respiration pour l’endurance. Utiliser des compétences apprises pour toujours plutôt que des adaptations physiques temporaires.

L’activation neurologique permet de contracter le même muscle plus fort, mais aussi de relaxer plus complètement son antagoniste (le muscle qui fait l’action opposée). L’entraînement musculaire que l’on voit dans les gyms habituels est optimisé pour des résultats cosmétiques. Les gens veulent de la définition musculaire pour bien paraître sur la plage. Mais qu’est-ce qui cause la définition musculaire? Le tonus. C’est quoi le tonus? La tension des muscles au repos. Plus la tension au repos est élevé, plus la part utile du potentiel du muscle est petite. Représentons la force potentielle d’un muscle par un verre, la force qu’on peut utiliser, c’est le volume de liquide qu’on peut mettre dans le verre, le tonus, c’est la glace. La glace, c’est joli, ça fait plein de belles gouttes de condensation photogénique sur le verre, mais plus on en met, moins on a à boire.

La condition cardiorespiratoire, c’est le volume d’oxygène qu’on peut métaboliser dans un temps donné. Ce qui permet d’augmenter ce rythme de consommation d’oxygène, c’est la densité de capillaires sanguins dans les muscles. Le problème, c’est que le corps élimine les capillaires superflus. Aussitôt qu’on arrête son entraînement cardiorespiratoire, les capillaires qu’on a formé commencent à disparaître, et tout est à recommencer. Mais il existe d’autres moyens d’augmenter l’endurance. Si nous sommes attentifs, on réalise que dans chaque mouvement qu’on fait, il y a une part importante de gaspillage. Des mouvements superflus, un mauvais usage des leviers du corps, forcer du visage. En apprenant à utiliser son corps de manière plus efficace, on arrive à dramatiquement augmenter notre capacité de travail. La qualité de la respiration est une autre clé à l’endurance. En contrôlant convenablement sa respiration, l’apport en oxygène et en énergie est optimisé.